Le 59 Rivoli fête ses 20 ans !

DU 24 OCTOBRE AU 10 NOVEMBRE 2019

Cet événement a célébré deux décennies d’échanges et de création en réunissant plus de vingt deux lieux alternatifs de France et d’Outre Mer. Ces derniers ont été invités à présenter des œuvres et documents attestant de leurs histoires singulières.

L’occasion ici de se réunir afin d’interroger le statut de l’oeuvre d’art comme marque d’histoire des lieux alternatifs.

Laura Ben Ami – Silence je m’exprime

Lieu de création artistique depuis le 1er novembre 1999, il devient après trois années d’occupation illégale un lieu conventionné par la ville de Paris.
Espace d’expositions et de concerts, ses trente ateliers de création sont ouverts au public six jours sur sept. Il est l’un des plus anciens lieux alternatifs parisiens qui, fondé et géré par des artistes est encore en activité aujourd’hui.
«Alternatif », désigne ici sa capacité à créer une passerelle entre deux mondes : la rue de Rivoli, artère commerciale consumériste et ses racines anticonformistes de squat en libre accès. Le 59 Rivoli s’inscrit alors au cœur de l’histoire des lieux dits « intermédiaires ».

Îlots artistiques, artist-run spaces, laboratoires de création… Autant de dénominations pour nommer des espaces au cœur desquels sont inventées des manières singulières d’être au monde. À l’intérieur de ces sphères, sont expérimentées la création et l’innovation en constant mouvement. Ces dernières permettent des échanges entre artistes et populations, entre réseaux associatifs et mondes de l’art.

Pour fêter ses deux décennies d’existence, le 59 Rivoli prend le parti de s’arrêter sur les notions de temps et d’archives pour ces lieux de création particuliers.

Car si leurs mémoires sont aussi riches que leur conservation aléatoire, leurs longévités questionnent les empreintes qu’ils laissent dans le paysage culturel français.

Ce projet est une mise en commun d’éléments désignés comme faisant acte d’archives par chaque lieu engagé dans le projet. Œuvres plastiques, sonores ou vidéos, documents de travail ou bien photographiques, affiches, fanzines,
performances…

Qui dit lieux hors du commun ne dit-il pas archives hors du commun ? Ces pièces ont pour dénominateur commun d’être à l’image des projets artistiques dont elles émanent. Leur collecte est l’occasion de recueillir les récits qui leur sont attachés et qui font d’elles les témoins choisis d’histoires singulières.

Une occasion ici de se réunir afin d’interroger la nature même des pièces et du statut de l’œuvre d’art comme marque d’histoire. Car l’archive n’est ni un objet clos, ni totalement tournée vers le passé, mais bel et bien orientée vers l’avenir et en constant devenir.

Faire œuvre d’archives communes est l’occasion de faire force commune. C’est construire une histoire en dehors des discours dominants, une histoire racontée par ceux qui la créent au quotidien.

L.C.

Trois semaines d’exposition scandées par six journées de projections, deux tables rondes, autant de concerts et une programmation de performances en collaboration avec le LAP (Laboratoire des Arts de la Performance).

Avec

Le 6B ( Saint Denis )

Lieu Commun ( Toulouse )

Le Générateur ( Gentilly )

La Friche Lamartine ( Lyon )

Les Ateliers du Vent ( Rennes )

Mains d’Œuvres ( Saint-Ouen )

Le Bon Accueil ( Rennes )

Pol’N ( Nantes )

AAIA ( Roquefort )

Le Shakirail ( Paris )

Gare XP ( Paris )

Doc! ( Paris )

5UN7 ( Bordeaux )

L’Assaut de la Menuiserie ( Saint-Etienne )

Les Halles du Faubourg ( Lyon )

Metaxu ( Toulon )

Cheminement ( La Réunion )

La Déviation ( Marseille )

La Semencerie ( Strasbourg )

Syndicat Potentiel ( Strasbourg )

Myx’Art Myrys ( Strasbourg )

Cluster 93

Le Lap (Laboratoire des Arts de la Perforamnce)

fdsf